En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Famille

La vitamine D, la panacée ?

Quels apports, pour qui ?

Depuis une dizaine d’années, les apports conseillés en vitamine D ont doublé ou triplé dans de nombreux pays. Qu’en est-il pour la France ? Les réponses du Pr Jean-Claude Souberbielle, membre du groupe de recherche et d’information sur les ostéoporoses (GRIO).

Pourquoi a-t-on augmenté les apports conseillés ?

Pr Jean-Claude Souberbielle – Les études dont nous disposons suggèrent que les effets extra-osseux nécessitent plus de vitamine D qu’en matière de prévention du rachitisme. La nouvelle valeur adoptée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), 15 µg par jour contre 5 µg auparavant, a donc été fixée pour assurer un bon fonctionnement musculaire, quel que soit l’âge, et prévenir les grossesses pathologiques chez les femmes.

 

Pour quelles raisons, la France ne les a-t-elle pas encore revus à la hausse ?

 

J-C. S. – Pour certains experts, les Français ont déjà du mal à atteindre les chiffres actuellement recommandés (qui sont de 5 µg chez l’enfant dès 3 ans et l’adulte, de 10 à 15 µg chez la personne âgée). En effet, en l’absence de supplémentation, ils en consomment environ la moitié.

Est-il souhaitable de prendre des suppléments de vitamine D ?

J-C S. – Pour le moment, une supplémentation est recommandée dans quatre situations : pour éviter le rachitisme au cours de la petite enfance, pour couvrir des besoins importants de croissance pendant l’adolescence, pour prévenir la pré-éclampsie chez la femme enceinte et pour diminuer les risques de chute et de fractures chez les personnes de plus de 65 ans.

Qui est à risque de carence ?

J-C S. – Les personnes qui ne s’exposent pas au soleil présentent systématiquement un déficit. Rappelons que la vitamine D est produite par la peau sous l’effet des UVB. Les carences sont également fréquentes chez les personnes âgées ou à peau très pigmentée, ainsi que chez les individus souffrant de diverses pathologies (obésité, diabète, insuffisance rénale chronique…).

Un dosage sanguin est-il nécessaire ?

J-C S. – Le dosage permet au médecin de s’assurer que sa prescription corrige efficacement une carence. Il n’est indiqué que dans certains cas, comme, par exemple, une ostéoporose avérée, une maladie ou un traitement favorisant l’ostéoporose ou encore des chutes à répétition chez les personnes âgées.

En savoir plus: www.grio.org

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.