Imprimer le dossier

Dossiers Famille

Les produits de la ruche, le plus pour l’hiver

Tout savoir sur les produits de la ruche

Miel, gelée royale, propolis… Les produits de la ruche sont le fruit du labeur quotidien des abeilles. Zoom sur leur mode de production avec Philippe Picard, de l’Association pour le développement de l’apiculture provençale.

Pour obtenir du miel, les abeilles aspirent le nectar des fleurs et le mélangent à leurs propres sécrétions. Elles le stockent ensuite dans les alvéoles de cire de la ruche, de façon à avoir des réserves de nourriture durant l’hiver. Les abeilles recueillent aussi de la propolis, une substance résineuse aux vertus antiseptiques, qui leur permet d’assurer l’étanchéité de la ruche. Enfin, elles butinent des pollens (les cellules mâles des fleurs) qui leur servent, notamment, à élaborer la gelée royale destinée à la reine de la ruche.

Des miels différents selon la saison

Dès la préhistoire, on consommait du miel alors récolté sur des troncs d’arbres. « Peu à peu, les apiculteurs ont mis à la disposition des abeilles des ruches en bois et ont amélioré leurs techniques de production. Aujourd’hui, nous déplaçons même les ruches d’une saison à l’autre, ce qui permet de commercialiser des miels différents tout au long de l’année. » C’est ainsi qu’en  Provence, les abeilles produisent du miel de thym ou de romarin au printemps, du miel de lavande en été et, en automne, du miel de bruyère.

Des labels de qualité

Il y en a pour tous les goûts, monofloraux ou polyfloraux, de saveur douce (miel d’acacia, de lavande, de romarin) ou plus corsée (miel de bruyère, de châtaignier, de sarrasin). Certains miels bénéficient même d’un signe officiel de qualité. « Le label rouge, attribué aux miels de sapin d’Alsace ou toutes fleurs de Provence, garantit une qualité gustative supérieure. L’Indication géographique protégée (IGP) ou l’Appellation d’origine protégée (AOP) pour les miels d’Alsace, de Corse, de Provence ou des Vosges attestent de caractéristiques organoleptiques (ndlr : apparence, goût, odeur, consistance…) liées au terroir », détaille Philippe Picard. Le miel se conserve à l’abri de l’humidité et de la chaleur, et devrait idéalement être consommé dans les six mois suivant sa fabrication.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.