Imprimer le dossier

Entre 18 mois et 3 ans : des repas de grands !

A partir de 18 mois, l’enfant peut quasiment manger de tout. Mais gare aux portions qui doivent être adaptées aux besoins des petits. Catherine Bourron-Normand, diététicienne spécialisée en pédiatrie à Paris, fait le point.


Des plats communs avec les adultes

« A 1 an, l’enfant est en mesure de manger des petits morceaux et de digérer les graisses cuites. On peut donc lui faire partager des plats familiaux comme les tomates farcies ou le hachis Parmentier. » C’est l’âge de lui faire découvrir les fruits exotiques : ananas, kiwi, mangue. Mais il doit attendre 18 mois pour se mettre aux crudités et aux légumes secs, dont les fibres peuvent, plus tôt, s’avérer irritantes.

 

Le cru, à bannir

« Les seuls aliments à éviter jusqu’à l’âge de 3 ans sont les produits animaux crus : fromages au lait cru, saumon fumé, tartare de bœuf et même steaks hachés peu cuits. » En effet, ils peuvent véhiculer des microbes (détruits par la chaleur de la cuisson). « Attention aussi aux œufs à la coque, qu’il faut préparer avec des œufs extra-frais, pondus depuis neuf jours maximum. » Enfin, même si l’enfant est capable de digérer pizzas et hamburgers, il est inutile d’instaurer de mauvaises habitudes !

 

Des proportions adaptées

« Jusqu’à 3 ans, le poids d’un repas ne devrait pas excéder 300 g. » Entre 20 et 30 g de viande, de 100 à 150 g d’un mélange de légumes et de pommes de terre, un petit suisse, un petit pot de fruits… et le compte y est ! « Inutile d’insister lorsqu’un enfant dit qu’il n’a plus faim, à ces âges-là, ils régulent assez bien leurs apports par rapport à leurs besoins. Les enfants les plus problématiques sont plutôt ceux qui ne refusent jamais rien et qui risquent ainsi de prendre trop de poids. » Pour se rassurer, le mieux est de faire régulièrement vérifier la courbe de corpulence par le pédiatre ou le généraliste.

 

En cas de néophobie alimentaire ?

« Le mieux est de ne pas y attacher trop d’importance. Car si l’enfant voit qu’on est inquiet pour lui, il persiste plus longtemps dans son rejet de certains aliments. » Une astuce : en accommodant autrement le légume qui passe mal, votre enfant peut lui trouver subitement un excellent goût !  (Vous pouvez aussi consulter l'article dédié à : "La peur des nouveaux aliments".)

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.