Imprimer le dossier

Noix et amandes : les alliées du cœur

A en croire les recommandations des autorités sanitaires américaines, une poignée de « nuts » par jour a sa place dans la prévention cardio-vasculaire. Les explications du Dr Pascale Modaï, médecin-nutritionniste.

Depuis une quinzaine d’années, de nombreuses études ont été menées pour évaluer l’impact des « nuts » sur la santé, une appellation qui regroupe les principaux fruits à coque : amandes, noisettes, différentes noix et pistaches. Ces fruits secs, qui ont en commun de présenter une forte teneur en graisses, sont également qualifiés d’oléagineux.

 

Des atouts contre le cholestérol

La consommation régulière d’amandes et autres noix permet de réduire le taux sanguin de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol). L’étude Portfolio est, à cet égard, édifiante. Des volontaires, qui ont adopté un régime riche en végétaux comportant 30 g d’amandes par jour (environ 25 amandes), ont vu leur taux de LDL-cholestérol diminuer de plus de 20 %, un résultat comparable à l’effet des premières statines (les médicaments jugés les plus efficaces contre l’excès de cholestérol) (1).

L’étude Predimed a, pour sa part, démontré l’intérêt des « nuts » dans la prévention cardio-vasculaire. Des personnes présentant plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaire ont suivi un régime de type méditerranéen avec 30 g d’amandes, de noix et de noisettes par jour. Résultat ? Sur cinq ans, elles ont développé 30 % de moins d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral (AVC) (2).

« L’effet préventif des fruits secs oléagineux s’explique bien par leur composition : ils contiennent principalement des graisses insaturées, connues pour faire baisser le mauvais cholestérol, ils sont concentrés en fibres, qui contribuent aussi à la diminution du taux de cholestérol en réduisant l’assimilation des graisses des repas, ils sont riches en vitamine E, qui compte parmi les antioxydants capables de protéger les artères, et, enfin, ils présentent de fortes teneurs en potassium, voire en magnésium et en calcium, des minéraux qui contribuent à normaliser la tension artérielle, à condition de ne pas acheter des oléagineux salés ! », indique le Dr Pascale Modaï.

 

Des apports indispensables aux végétariens

Les fruits à coque apportent aussi des protéines, entre 15 à 25 %, soit autant que les viandes. Pour autant, met en garde le Dr Modaï, « on ne peut pas remplacer un steak par 100 g de pistaches, qui sont au moins cinq fois plus grasses ».

Mais les personnes végétariennes optimiseront leur apport de protéines en parsemant une poignée quotidienne d’oléagineux dans leurs salades, plats de légumes, compotes ou salades de fruits. « Grâce à leur apport élevé en protéines ainsi qu’en fibres, les oléagineux assurent une excellente satiété. Et la bonne nouvelle, c’est que ces aliments, réputés énergétiques, ne font sans doute pas autant grossir qu’on l’imagine. Des études suggèrent qu’en dépit de la mastication, une partie de leurs lipides restent piégés dans les parois cellulaires et ne sont donc pas assimilés ».

 

(1) L’étude Portfolio a fait l’objet d’une publication dans le magazine Journal of the American Association (JAMA) en 2003.

(2) L’étude Predimed a été publiée dans la revue britannique, New England Journal of Medicine, en 2013.

 

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.