Imprimer le dossier

Les aliments pour un sourire éclatant

On sait que l’excès de sucres ou de boissons acides favorise les caries ou l’érosion dentaire. Certains aliments protègent, au contraire, notre sourire. Le point avec Astrid Nehlig, chercheur à l’Inserm.

L’émail dentaire, essentiel à la solidité des dents, est constitué à plus de 90 % de cristaux de sels minéraux. Mais chaque prise alimentaire est susceptible de l’altérer, menaçant sa minéralisation. Quant aux gencives, qui maintiennent les dents en place, elles comptent parmi les muqueuses dont le renouvellement des cellules nécessite de nombreux nutriments.

 

Equilibrer son alimentation

Les minéraux indispensables à la rigidité des dents sont le calcium et le phosphore, constitutifs de l’émail et des os dentaires, ainsi que le fluor qui renforce la résistance de l’émail. Calcium et phosphore se concentrent dans les produits laitiers. Le fluor est abondant dans les poissons de mer et le thé. Il est présent dans les eaux en proportions très variables, une teneur de l’ordre de 1 mg par litre étant jugée optimale. Le cas échéant, l’apport peut être complété par l’usage de sel fluoré. Le fluor présent dans les dentifrices contribue aussi par simple contact à protéger l’émail d’une déminéralisation.

La bonne santé des gencives nécessite un apport suffisant de fer ainsi que de vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B9 et B12), essentielles aux cellules à renouvellement rapide. Le fer facilement assimilable se situe dans les abats, les viandes et les fruits de mer. Quant aux vitamines B, elles se répartissent dans les céréales, les produits laitiers, les viandes, les poissons et les légumes verts. Enfin, la prévention des gingivites (inflammation des gencives) passe par un bon apport d’oméga 3 aux vertus anti-inflammatoires. Ils sont présents dans les poissons gras et les huiles de noix et de colza ainsi que d’antioxydants, vitamines C et E, bêta-carotène… principalement fournis par les fruits et légumes.

Conclusion ? En mangeant varié et équilibré, on prend soin de ses dents.


Les aliments spécifiquement protecteurs

Depuis quelques années, les chercheurs s’intéressent aux aliments ou à leurs composés susceptibles de protéger les dents contre les caries. En jeu, la prescription de conseils diététiques ciblés et la mise au point de chewing-gums ou de bains de bouche préventifs (enrichis en nutriments protecteurs).

- Le fromage. Il est riche en caséines, des protéines du lait qui ont un effet bénéfique sur l’émail. Ses lipides (graisses) forment un film protecteur de l’émail, qui atténue le contact avec les sucres et les acides. Selon les dentistes de l’UFSBD, il vaudrait mieux terminer les repas par du fromage pour qu’il neutralise l’acidité buccale de fin de repas.

- Le thé vert et le café. Ces boissons contiennent divers polyphénols qui exercent une action antibactérienne et inhibent spécifiquement les germes en cause dans la carie dentaire (les streptococcus mutans). Dans le cas du thé vert, le composé protecteur est l’épigallocatéchine gallate qui exerce, en outre, une action anti-oxydante. Quant au café, « il allie actions antibactérienne et anti-inflammatoire, et pourrait même protéger les gencives ». Selon la chercheuse, boire une tasse de café à la fin du déjeuner – moment de la journée où on a rarement la possibilité de se brosser les dents – est une bonne idée pour protéger son sourire. Sans en abuser pour autant en raison de son apport de caféine.

- Le cacao. Ses polyphénols ont une action proche de ceux du café et du thé. Ils empêchent les bactéries de la plaque dentaire de se multiplier. Toutefois, précise Astrid Nehlig, « même si les études sur ce sujet présentent des résultats convergents, elles sont encore assez peu nombreuses ». En pratique, on peut retenir qu’il vaut mieux consommer du chocolat noir, moins sucré et plus riche en cacao, et donc en polyphénols protecteurs, que du chocolat au lait.

- La pomme. Ses polyphénols empêcheraient les bactéries à l’origine des caries de se fixer sur l’émail dentaire. Croquer une pomme stimule la production de salive, qui « lave les dents » en les débarrassant des sucres et de la plaque dentaire. La salive permet de surcroît de tamponner l’acidité qui agresse l’émail. Une raison de plus, en cas de petit creux, de préférer la pomme à tout autre coupe-faim.

Soigner ses dents, c’est prévenir d’autres maladies

Les infections buccales peuvent aggraver ou déclencher de nombreuses maladies. Le Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’UFSBD,  explique les liens entre toutes ces pathologies.

 

Les maladies parodontales sont des affections inflammatoires des tissus de soutien des dents. A l’origine, des bactéries qui s’accumulent à la jonction des dents et des gencives, puis qui s’infiltrent plus profondément. « Tout commence par une gingivite qui se traduit par des gencives rouges, gonflées et qui ont tendance à saigner lorsqu’on se brosse les dents ». Si on ne se soigne pas à ce stade, l’inflammation gagne les ligaments qui stabilisent les dents dans les alvéoles osseuses puis leur os de soutien. Les racines se découvrent et les dents deviennent mobiles (« déchaussement »). Non traitées, la parodontite fait non seulement tomber les dents, mais elle aggrave ou induit, de surcroît, d’autres affections.

 

Diabète et maladies parodontales, le cercle vicieux

Ces maladies s’aggravent l’une l’autre. « La maladie parodontale compte parmi les complications d’un diabète mal équilibré. » En effet, les infections se développent davantage et sont plus difficiles à soigner lorsque la glycémie (taux sanguin de sucre) est élevée. Par ailleurs, lorsqu’on souffre d’une maladie parodontale, les composés inflammatoires provenant de la bouche et libérés dans le sang peuvent favoriser l’installation du diabète ou l’aggraver. La prévention ? Il est recommandé aux personnes diabétiques d’effectuer deux visites annuelles chez le chirurgien-dentiste.

 

Les maladies parodontales, facteurs de risque des maladies cardiovasculaires

« Plusieurs études retrouvent un lien entre maladie parodontale et augmentation du risque d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral. » L’inflammation des tissus de soutien de la dent peut se propager dans les artères et favoriser l’athérosclérose (altération des artères propice à la formation de caillots de sang). De plus, les bactéries présentes dans la bouche peuvent migrer, via le sang, vers le cœur et provoquer une endocardite, c'est-à-dire une grave inflammation de la paroi qui tapisse le cœur et les valves cardiaques. Toujours par l’intermédiaire de la circulation sanguine qui irrigue les poumons, elles peuvent enfin venir se loger dans les bronches pour y entretenir infection et inflammation.

Tendinites à répétition, pensez aux maladies parodontales

On est loin d’imaginer toutes les répercussions d’une bouche à la santé défaillante.

« C’est le cas des tendinites, des douleurs musculaires ou articulaires sans cause évidente ou qui résistent au traitement, énumère le Dr Lequart. Elles peuvent être liées à une inflammation chronique de la cavité buccale. » C’est ainsi que les sportifs de haut niveau formés à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) voient régulièrement un dentiste. « L’accouchement prématuré (donnant naissance à un bébé de faible poids), favorisé par les composés inflammatoires libérés, et le rejet de prothèse articulaire, dû à la migration de bactéries, figurent parmi les autres conséquences possibles. » Enfin, de récentes études suggèrent un lien entre maladies parodontales et obésité (qui se caractérise par un état inflammatoire).

Pour résumer, le Dr Lequart rappelle le BA-.ba de la prévention. Elle tient en trois points à savoir 2 à 3 brossages quotidiens de deux minutes chacun, l’usage de fil dentaire pour les zones peu accessibles et une visite annuelle chez le dentiste.

En savoir plus : www.ufsbd.fr/

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.