Imprimer le dossier

Des féculents à chaque repas

Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande de consommer du pain ou des féculents à tous les repas. Zoom sur l’intérêt nutritionnel de ces aliments avec Jean-Paul Blanc, diététicien-nutritionniste et membre de la Société Française de Nutrition du Sport.

Une famille très vaste

Sous l’appellation « féculents », les nutritionnistes regroupent les céréales (avoine, blé, riz) ainsi que leurs dérivés, à savoir les pommes de terre et les légumes secs (haricots blancs et rouges, lentilles, pois cassés…). Et la liste est encore longue. Le blé, par exemple, ce sont aussi les pâtes, la semoule, le pain ou encore les biscottes. « Certains biscuits secs peu sucrés, les crêpes, la pâte à pizza peuvent également être considérés comme des féculents. Même chose pour le quinoa et le maïs, même s’ils se consomment souvent en salade », précise Jean-Paul Blanc.

Enfin, n’oublions pas les céréales du petit-déjeuner, bien que certaines recettes, à l’instar des céréales fourrées au chocolat, s’apparentent davantage à des friandises qu’à des céréales !

Des glucides essentiels

Seuls ces aliments fournissent de l’amidon (sucre), une véritable réserve énergétique. « Les céréales en contiennent environ 70 %. Résultat, consommer un féculent à chaque repas permet de tenir plus facilement sans coup de pompe ni fringale. Ces aliments sont tout particulièrement importants pour les jeunes enfants qui se dépensent beaucoup et dont les réserves énergétiques sont faibles. »

Les féculents sont aussi sources de fibres, de vitamines B et de sels minéraux (potassium, phosphore, fer végétal). Toutefois, prévient Jean-Paul Blanc, « l’apport varie du simple au triple entre des produits très raffinés comme la baguette ou le riz blanc, et des aliments céréaliers complets tels que le pain intégral ou le riz brun. Dans une journée, il est bon d’alterner entre ces deux types d’aliments ».

Source d’équilibre

Le PNNS le souligne : augmenter notre consommation de féculents devrait permettre de rééquilibrer nos repas devenus trop riches en protéines animales, en graisses et en sucre. Et ainsi, de réduire les risques de prise de poids et de maladies cardio-vasculaires. « Les féculents peuvent constituer le plat de résistance du déjeuner ou du dîner, et nul besoin de les accompagner systématiquement de viande ».

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.