En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Cueillette, chasse, les bons reflexes.

50% des Français consomment au moins une fois par semaine des aliments échappant aux contrôles sanitaires. Les conseils de l’Anses pour prévenir les intoxications alimentaires.

Certaines espèces toxiques de champignons ou d’herbes sauvages ressemblent comme deux gouttes d’eau aux espèces comestibles. Les animaux sauvages quant à eux, peuvent être porteurs de divers microorganismes : la vigilance s’impose lorsqu’on se procure du gibier en dehors des circuits de commercialisation classiques.

 

Récolter avec discernement

Selon l’Anses, les champignons sylvestres sont à l’origine de mille cas d’intoxications alimentaires par an, avec parfois de graves conséquences pour le foie ou les reins : d’où l’importance, quand on n’est pas spécialiste, de montrer sa récolte à un mycologue ou un pharmacien (1). De même, pour les herbes sauvages, l’avis d’un herboriste s’impose. L’agence recommande de ne rien ramasser en bordure de route, à proximité des usines, des champs cultivés ou des pâturages, pour éviter les végétaux contaminés par des métaux lourds ou des résidus de pesticides. Les baies peuvent véhiculer un parasite appelé échinocoque, susceptible d’infecter les renards, les chiens ou les chats : limitez-vous aux fraises ou aux mûres placées en hauteur, à l’abri des déjections animales. Enfin, pour échapper au ver vecteur de la douve du foie, faites cuire systématiquement le cresson sauvage.

 

Etre prudent avec le gibier

Lorsqu’on se fournit directement auprès de chasseurs, il faut s’assurer que le gibier a été éviscéré dans les 24 heures, le cuisiner dans les 48 heures (quitte à en congeler une partie) et le cuire suffisamment. La prudence s’impose tout particulièrement avec le sanglier, qui peut véhiculer des maladies transmissibles à l’homme, tuberculose bovine, due à une bactérie ou trichinellose, due à un ver. Ne vous lancez dans la confection de salaisons ou de produits fumés (peu ou pas cuits) qu’après contrôle par un vétérinaire (2).

Pour en savoir plus :

(1)    Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Cueillette et consommation de champignons. Août 2018.

https://www.anses.fr/fr/content/cueillette-et-consommation-de-champignons

(2)    Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Fiche trichinellose. Janvier 2014.

https://www.anses.fr/fr/system/files/SANT-Fi-Trichinellose.pdf

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.