Imprimer le dossier

Pas de gluten avec une maladie cœliaque

Le régime sans gluten est pour le moment l’unique traitement de la maladie cœliaque. Eclairage avec l’Association française des intolérants au gluten (Afdiag).

 

Le gluten est une protéine présente dans plusieurs céréales (blé, orge, seigle…) ainsi que tous les aliments qui en dérivent (pains, pâtes, semoules, biscuits, flocons…). Exclure le gluten des repas implique donc de sérieux changements – parfois indispensables – dans ses habitudes alimentaires

 

La maladie cœliaque, qu’est-ce que c’est ?

 

Egalement appelée intolérance au gluten, la maladie cœliaque se caractérise par une altération de la muqueuse digestive au niveau du duodénum, un segment de l’intestin. Il s’agit d’une maladie génétique auto-immune (l’organisme produit des anticorps qui détruisent ses propres cellules). Son incidence est cinq à dix fois plus élevée chez les personnes souffrant de diabète de type 1 ou de thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde), comparativement à la population générale. Elle peut se déclarer à n’importe quel âge, aussi bien chez les enfants que chez les seniors : 20 % des cas surviennent après l’âge de 60 ans.

 

Des symptômes variables, voire inexistants

 

L’intolérance au gluten peut entraîner des troubles digestifs, maux de ventre ou diarrhées. Parfois, les symptômes ne permettent pas de poser un diagnostic rapide. Ainsi de la fatigue, de l’anémie (manque de globules rouges) et même de fausses couches à répétition. Mais dans de nombreux cas, il n’y a pas de symptômes, ce qui fait dire aux spécialistes de la maladie que 90 % des personnes concernées ne seraient pas diagnostiquées. Deux examens doivent être pratiqués pour poser avec certitude le diagnostic de la maladie cœliaque : un bilan sanguin recherchant des anticorps spécifiques et une biopsie (prélèvement sous endoscopie) de l’intestin grêle pour confirmer qu’il y a bien une atteinte duodénale.

 

Le régime sans gluten, seul traitement efficace

 

Il n’existe pas pour l’instant de médicament pour traiter la maladie cœliaque. En revanche, le régime sans gluten permet de « réparer » la muqueuse intestinale. Il doit être suivi très rigoureusement, puisque même en l’absence de symptômes, une intolérance mal soignée peut évoluer vers diverses complications : anémie, ostéoporose et même cancer du côlon.

 

En conclusion, et compte-tenu de son impact sur la santé, la maladie cœliaque doit être systématiquement recherchée lorsque des membres de la famille sont touchés, en cas de diabète de type 1 (insulinodépendant) ou de thyroïdite.

En savoir plus : www.afdiag.fr

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.