En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Quelles sont les périodes-clés ?

Plus un enfant apprécie d’aliments, plus il aura de chance de manger équilibré tout au long de sa vie. Encore faut-il éduquer son goût en commençant le plus tôt possible. Les explications de Sophie Nicklaus, directrice de recherche au Centre des sciences du goût et de l’alimentation de L’Inra Bourgogne-Franche-Comté.

« À table, certains enfants sont plus difficiles que d’autres et le demeureront à l’âge adulte. Les préférences alimentaires sont conditionnées par la sensibilité des bourgeons du goût situés sur la langue, qui dépend de facteurs génétiques. » Toutefois, il est démontré que plus l’enfant est exposé tôt à des saveurs et des aliments différents, plus il a de chance d’avoir une palette alimentaire diversifiée.

 

Dès la vie intra-utérine

Le liquide amniotique se parfume en fonction des aliments consommés par la future maman et le fœtus en avale un peu tous les jours. « Cette mise en contact dès la grossesse à des saveurs multiples familiarise l’enfant avec le répertoire alimentaire maternel et facilite son apprentissage. »

 

Pendant l’allaitement

Le goût du lait infantile dépend également de l’alimentation de la maman. Par exemple, il est démontré qu’à 5 mois, un enfant apprécie davantage le jus de carotte si sa maman en consommait durant la période d’allaitement. « Cela doit motiver les parents à manger suffisamment de fruits et légumes, ainsi que de poissons, qui sont les aliments les plus fréquemment mal-aimés des enfants. »

 

Le temps de la diversification alimentaire

Jusqu’à 2 ans, c’est la période idéale pour faire goûter à bébé un maximum d’aliments, y compris des légumes ou des fromages à goût fort, en respectant néanmoins ses capacités digestives, pas de crudités ni de légumes secs avant l’âge de 18 mois. Passé 2 ans, cela devient plus compliqué dès qu’intervient la phase de néophobie alimentaire: Durant cette période, parfaitement normale au cours de son développement, l’enfant affirme sa personnalité et se met à refuser tout nouvel aliment, voire des produits consommés jusqu’alors. L’obliger à en manger renforce son aversion. Il faut, en revanche, lui présenter régulièrement les aliments refusés pour l’inciter à les goûter.

Trouvez une recette adaptée à votre régime particulier

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Cookies Politique de protection Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.