En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Des menus plus équilibrés que par le passé

3,7 milliards. C’est dire s’il est important que les menus soient équilibrés !

 

Selon l’étude de consommation INCA 3, publiée en 2017, 25 % des adultes qui déjeunent hors de leur domicile, prennent leur repas dans un restaurant d’entreprise. Les enfants et les adolescents sont 40 % à ne pas rentrer déjeuner à la maison et, parmi eux, près des deux tiers mangent à la cantine, une proportion qui a nettement augmenté depuis une dizaine d’années1.

 

Des recommandations obligatoires

Depuis 1995, le Groupe d’étude des marchés restauration collective et nutrition (GEM-RCN) publie et met régulièrement à jour des recommandations visant à améliorer la qualité nutritionnelle des repas. Les plus récentes datent de 20152. S’appuyant sur le Programme National Nutrition Santé (PNNS) dossier : Manger équilibré, c’est facile, le GELM-RCN propose des fréquences de service des différents plats. Exemple, sur 20 repas, au moins 10 entrées à base de crudités, au moins 8 desserts à base de fruits crus, pas plus de 4 produits à frire ou pré-frits (pommes de terre, beignets, nuggets…), etc.

 

Il a toutefois fallu attendre 2011 pour qu’un décret rende obligatoire la mise en place de ces recommandations dans toutes les structures publiques de restauration3. Un vrai progrès. Témoin, ce rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) de 2017 qui montre qu’elles sont désormais plutôt bien suivies, y compris dans les structures de restauration privées4.

 

Du mieux à la cantine

La qualité nutritionnelle des repas servis en primaire a tout récemment été évaluée par des chercheurs de l’Inserm à Marseille. Les menus d’un échantillon représentatif de 20 établissements ont été analysés. Conclusion : plus ils se rapprochent des recommandations du GEM-RCN, plus ils sont équilibrés et proches des besoins en protéines, calcium, fer, etc5. Seul bémol : les enfants ne mangent pas forcément tout ce qui leur est servi…

Pour en savoir plus

1 Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Etude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3). Rapport d’expertise collective. Juin 2017. https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2014SA0234Ra.pdf

 

2 GEM-RCN. Recommandation Nutrition. Juillet 2015.

https://www.economie.gouv.fr/files/directions_services/daj/marches_publics/oeap/gem/nutrition/nutrition.pdf

 

3 Décret n°2011-1227 du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024614716&dateTexte=&categorieLien=id

 

4 IGAS. Amélioration de l’information nutritionnelle dans la restauration collective. Rapport de décembre 2017. http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/2017-021R.pdf

 

5 Inserm : Institut national de la santé et de la recherche médicale. www.mdpi.com/2072-6643/10/2/205/pdf

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.