En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Accueil » L'encyclopédie » Les maladies nutritionnelles » Le surpoids

L'encyclopédie

Le surpoids

Imprimer la fiche

Bien que le surpoids ne soit pas l’obésité, il convient toutefois de s’en préoccuper. Chez l’adulte, le surpoids a en effet des conséquences délétères sur la santé quand le tour de taille est élevé. Il peut entraîner la survenue d’un diabète ou d’une maladie cardio-vasculaire. Modification du régime alimentaire et reprise d’une activité physique sont dès lors indispensables.

Qu’est-ce que le surpoids ?

Le surpoids est à différencier de l’obésité. On prend comme point de repère l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC se calcule de la façon suivante : le poids (en kg) est divisé par la taille (en m) au carré.

Par exemple, une personne pesant 80 kg et mesurant 1,70 m a IMC de : 80 / (1,70 x 1,70) = 28,57.

L’IMC est considéré comme « normal » entre 18,5 et 24,9. Entre 25 et 29,9, on est considéré en surpoids. Au-delà de 30, on est considéré comme obèse.

Toutefois, il y a quelques exceptions. C’est le cas notamment des sportifs ayant une musculature très développée (les haltérophiles ou les rugbymen, par exemple) ou encore de la femme enceinte.

En outre, ces critères ne s’appliquent pas aux enfants (jusqu’à 18 ans). Pour ces derniers, l’IMC s’interprète à l’aide d’une courbe de corpulence. Ces courbes sont téléchargeables sur le site de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé : www.inpes.sante.fr/

Quelles sont les causes ?

Le poids dépend des apports énergétiques de l’alimentation et des dépenses énergétiques liées à l’activité physique et au fonctionnement de l’organisme.

Lorsque les apports sont supérieurs aux dépenses, on prend du poids. A l’inverse, lorsque les apports sont inférieurs aux dépenses, on en perd. La cause principale du surpoids s’explique donc par un déséquilibre de la balance énergétique.

Mais d’autres facteurs interviennent également :

-          l’hérédité (antécédents familiaux d’obésité) ;

-          la grossesse et la ménopause ;

-          l’arrêt ou la diminution de l’activité physique et sportive habituelle ;

-          l’arrêt du tabac non accompagné de mesures hygiéno-diététiques ;

-          la prise de certains médicaments ;

-          les troubles du comportement alimentaire ;

-          la dépression, la vulnérabilité psychologique ou sociale ;

-          la réduction du temps de sommeil ;

-          certains facteurs professionnels, comme le travail en horaires décalés ou le stress.

Quelles sont les conséquences ?

Chez l’adulte, le surpoids a des conséquences délétères sur la santé quand le tour de taille est élevé (supérieur à 80 cm chez la femme, à 94 cm chez l’homme). Celui-ci peut entraîner l’apparition d’un diabète ou de maladies cardio-vasculaires. Il est alors conseillé de perdre quelques kilos et/ou de réduire le tour de taille.

En dehors de ces situations, il faut surtout veiller à ne pas prendre davantage de poids.

Chez certaines personnes, le surpoids peut également provoquer une perte de l’estime de soi et conduire à des troubles alimentaires qui peuvent mener à l‘obésité.

A moyen ou long terme, l’obésité peut entraîner l’apparition de nombreuses  pathologies comme l’hypertension artérielle, des maladies cardio-vasculaires, des troubles articulaires et respiratoires, et certains cancers (côlon, sein…).

Quelle prévention ?

Pour prévenir le surpoids, il est important d’adopter un mode de vie associant une alimentation équilibrée à une activité physique régulière. Varier son alimentation et pratiquer 30 minutes de marche rapide par jour suffisent !

Que faire ?

En situation de surpoids ou d’obésité, il est important de consulter un professionnel de santé, médecin ou diététicien. Parmi les recommandations : la modification de certaines habitudes de vie, comme la pratique d’une demi-heure de marche par jour. Vous pouvez, par exemple, faire les petits trajets à pied ou aller à votre travail à vélo.

La meilleure activité physique, c’est celle qui vous plaît, celle que vous êtes sûr de pratiquer !

En plus de l’activité physique, il est important d’avoir une bonne hygiène alimentaire. Attention, il n’est pas question de supprimer certains aliments. Il faut simplement :

-          privilégier les légumes et les fruits ;

-          les féculents : pâtes, riz, pomme de terre, semoule, boulgour, blé, quinoa, légumineuses (lentilles, flageolets, pois chiches, pois cassés, haricots blancs, rouges…) qui garantissent la satiété entre deux repas ;

-          ne manger de la viande et du fromage qu’une fois par jour ;

-          choisir des produits laitiers demi-écrémés ;

-          limiter les fritures et la charcuterie (une fois par semaine) ;

-          limiter les pâtisseries (une ou deux fois par semaine au maximum) ;

-          limiter les boissons alcoolisées qui sont très énergétiques. Selon le Programme national nutrition santé (PNNS), il convient de ne pas excéder l’équivalent de 3 verres de vin par jour si vous êtes un homme, 2 si vous êtes une femme ;

-          ne pas supprimer les graisses, mais bien les choisir (privilégier les sources végétales : colza, olive etc.).

Dans tous les cas, il est important de conserver le plaisir de manger. Le fait de s’interdire certains aliments induit de la frustration, ce qui peut conduire à des troubles du comportement alimentaire.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.