En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Accueil » L'encyclopédie » Les aliments » Poissons, crustacés, mollusques & produits transformés » Le cabillaud

L'encyclopédie

Le cabillaud

Le cabillaud

Imprimer la fiche

Protéines de bonne qualité, phosphore, potassium, sélénium, iode et vitamines B12 et D : sur le plan nutritionnel le cabillaud a tout bon ! A condition de le consommer frais ou surgelé plutôt que sous forme de panés.

Caractéristiques nutritionnelles

Le cabillaud présente d’excellentes qualités nutritionnelles. C’est un poisson maigre qui apporte principalement des acides gras polyinsaturés et mono-insaturés aux vertus protectrices. Il fournit une bonne quantité de protéines, de sels minéraux et d’oligo-éléments. Phosphore (métabolisme osseux), potassium (intégrité cellulaire et fonctionnement enzymatique), sélénium (protection des membranes cellulaires) et iode (fabrication des hormones thyroïdiennes) sont particulièrement bien représentés. Le cabillaud est également très riche en vitamine B12, importante pour le système nerveux. Frais, il représente une bonne source de vitamines D (nécessaire à la croissance osseuse) et B3 (importante dans le métabolisme énergétique et la régénération des tissus).

La morue séchée reste riche en sodium même si elle est dessalée. Veillez à la consommer avec un aliment peu salé.

L’huile de foie de morue, autrefois prescrite aux enfants pour lutter contre la carence en vitamine D (rachitisme), est aujourd’hui trouvée sous forme médicamenteuse, d’administration plus facile.

Conserver

Bien que le cabillaud se conserve au réfrigérateur jusqu’à deux jours après l’achat, il est préférable de le consommer le jour même.
Si vous désirez le congeler, mettez votre cabillaud entier et vidé ou votre filet dans un sachet de congélation.

Préparer

Le cabillaud est un poisson à la chair fragile qui demande une cuisson plutôt douce : à la vapeur, en papillote ou à la poêle, en essayant de limiter l’ajout de matière grasse. Il est préférable de dessaler la morue séchée qui est très riche en sodium.
Arrosé d’un simple jus de citron ou de sauces plus élaborées, le cabillaud se déguste avec n’importe quel légume ou féculent. En miettes, il peut être incorporé dans un gratin à base de purée (parmentier) : c’est la fameuse brandade de morue.

Repères de consommation

100 g de poisson représentent une portion pour un adulte. Les enfants peuvent consommer des portions allant de 10 à 70 g selon leur âge : une quantité de 50 g équivaut à une portion pour un enfant en maternelle.

Valeurs nutritionnelles

Pour 100 g Cabillaud frais
Energie (Kcal) 78
Protéines (g) 17,9
Glucides (g) 0,8
Lipides (g) 0,4
acides gras saturés
0,098 (25%)
acides gras mono-insaturés 0,064 (20%)
acides gras polyinsaturés 0,215 (55%)
Cholestérol (mg) 41,5
Phosphore (mg) 173
Iode (µg) 143
Potassium (mg) 377
Sélénium (µg) 61
Vitamine D (µg) 0,88
Vitamine PP ou B3 (mg) 2,68
Vitamine B12 (μg) 1,22

Source : Nutraqua.com (2007)

Calcul des Apports Nutritionnels Conseillés du cabillaud avec calories.pro

  • Le saviez-vous ?

    Le cabillaud est un poisson appartenant à la même famille que le colin ou le merlan. Il est parfois appelé « morue fraîche », la morue étant un cabillaud séché et salé, souvent utilisé dans les cuisines portugaise et antillaise.

    De janvier à mars, il est possible de pêcher le cabillaud dans l’Atlantique. Le reste de l’année, on le trouve dans les eaux du Pacifique sur les fonds de graviers et les vases.

    Il a connu un réel succès au Moyen Âge auprès de ceux qui voyageaient beaucoup car il se conservait facilement. Aujourd’hui, la pêche du cabillaud fait l’objet d’une réglementation sévère, ce poisson ayant été surexploité.

  • Les astuces

    Le cabillaud est souvent présenté pané, c’est-à-dire recouvert d’un mélange de panure, de matières grasses et d’œuf ou d’un autre liant. Sélectionnez la marque qui propose le pourcentage de poisson le plus important (idéalement supérieur à 70 %) avec un apport en protéines au moins deux fois supérieur à celui de lipides.
    Préférez les recettes ne nécessitant pas d’ajout de matières grasses à la cuisson : cela permet de mieux maîtriser la qualité des lipides consommés.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.