En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Accueil » L'encyclopédie » L'activité physique chez l'enfant » Les bonnes activités âge par âge

L'encyclopédie

Les bonnes activités âge par âge

Imprimer la fiche

Le goût pour l’activité physique s’acquiert dès les premières années de vie, grâce à la mise en place par les parents d’un mode de vie actif. Dès 5 ou 6 ans, l’enfant est en mesure de tester différentes pratiques sportives. Pour qu’il persévère, l’important est qu’il y trouve du plaisir.

Vers l’âge de 1 an, les tout-petits se dépensent naturellement en se déplaçant à quatre pattes, puis en découvrant la marche. Lorsqu’ils grandissent, il est important de favoriser les loisirs actifs : jeux de ballon, vélo, jeux dans le sable en vacances…

Les possibilités d’activités augmentent avec l’âge, à mesure du développement moteur et de l’acquisition de la coordination.

De 0 à 5 ans : des activités d’éveil corporel spécifiques

Sitôt vacciné, bébé est en mesure d’assister à ses premiers « cours ». Les activités spécialement conçues pour les tout petits se pratiquent avec au moins l’un des parents. Il s’agit de moments d’échanges familiaux privilégiés, guidés par des animateurs spécifiquement formés.

Les « bébés nageurs »

Le but n’est pas d’apprendre à nager, mais de prendre contact avec l’eau et d’y flotter ou de s’immerger avec plaisir. A l’aide de divers accessoires, tapis, toboggans, bébé s’amuse en toute sécurité, tout près des bras de maman ou papa.

Pour éviter qu’il ne prenne froid, cette activité se pratique dans de l’eau chauffée entre 30 et 33°C selon l’âge.

La mini-gym

Sur des parcours spécialement aménagés avec des tapis et des ballons souples, bébé roule, rampe et imite ses pairs. Un peu plus tard, il saute et apprend même à marcher en arrière et à se tenir en équilibre.

Pour inscrire votre enfant à de telles activités, vous pouvez vous renseigner auprès de la Fédération des activités aquatiques d’éveil et de loisir ou de la Fédération française d’activité physique et de gymnastique volontaire.

Dès 5 ou 6 ans : la découverte du sport

La possibilité de coordonner bras et jambes s’acquiert peu avant l’entrée en primaire. C’est par exemple le moment où l’enfant est en mesure d’apprendre à nager. Il peut alors s’essayer à de nombreuses disciplines. Parmi les sports individuels, le judo, la danse, la gymnastique, la natation, le patinage, l’équitation (poney), le mini-tennis et ski sont à sa portée. Quant aux sports collectifs, les premiers accessibles sont le football (par équipe de 5) et le handball.

Comment faire le bon choix ?

Chaque enfant a son propre rythme de développement. C’est pourquoi la même activité peut lui paraître trop astreignante lors de son entrée en CP et lui convenir un an plus tard. Les initiations pratiquées à l’école ou en centre de loisirs peuvent l’aider à choisir. L’essentiel est que l’enfant prenne du plaisir. C’est pourquoi il faut éviter de lui imposer une activité qui lui déplaît, quelle qu’en soit la raison.

Où s’adresser ?

Auprès des associations sportives scolaires ou municipales, des clubs sportifs dépendant des fédérations nationales, ou directement à la piscine ou au gymnase le plus proche.

A partir de 10 ans : les mêmes disciplines que les grands

A mesure que l’enfant acquiert force, souplesse, endurance et maîtrise de son corps, il peut pratiquer de nouvelles disciplines : escrime, volley-ball, basket-ball, athlétisme, escalade, boxe, capoeira, hip-hop, modern jazz, step…

Lorsqu’arrive le temps des compétitions, il faut là encore laisser à l’enfant le choix de s’y astreindre ou pas. Trop de contraintes peuvent lui gâcher le plaisir de s’entraîner et le pousser à cesser toute activité sportive.

  • Quelle activité chez l’enfant en surpoids ou obèse ?

    De l’activité régulière, couplée à une alimentation équilibrée, permet de stabiliser le poids, et grâce à la croissance, de retrouver peu à peu un indice de masse corporelle raisonnable. Un enfant qui a une surcharge relativement importante ne peut toutefois pas pratiquer n’importe quelle activité, au risque de se blesser. La base est la marche, à compléter par des sports « portés » sans danger, tels que la natation, la gym aquatique ou le vélo d’appartement. Si l’enfant demande à pratiquer une autre discipline, l’idéal est de lui en donner la possibilité, sous réserve d’un avis médical favorable.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.