En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Accueil » L'encyclopédie » L'activité physique chez l'enfant » L’alimentation de l’enfant sportif

L'encyclopédie

L'alimentation de l'enfant sportif

Imprimer la fiche

Si la pratique intensive d’un sport nécessite une alimentation adaptée, les compléments nutritionnels et autres aliments diététiques de l’effort ne sont que rarement utiles. Les activités sportives pour lesquelles le poids est un critère de sélection demandent une vigilance accrue.

Un entraînement sportif répété plusieurs fois par semaine augmente les besoins nutritionnels. Pour que les enfants restent en forme et aient une croissance harmonieuse, leur alimentation doit demeurer équilibrée, avec des portions adaptées à leur dépense énergétique.

• Du pain ou des féculents à chaque repas leur fournissent l’énergie nécessaire.

• 1 portion de viande ou de poisson et 4 produits laitiers quotidiens leur apportent les protéines essentielles à la croissance et au travail musculaire.

• Au moins 5 portions de fruits et légumes par jour contribuent à l’hydratation et favorisent la récupération après l’effort.

• Les enfants doivent boire davantage : entre un 1/2 litre et 1 litre supplémentaire d’eau au cours des entraînements.

 

En pratique :

 

• Au petit-déjeuner et au goûter : boisson (eau, lait, jus de fruit), aliment céréalier (pain, céréales, biscuits…), produit laitier (lait, laitage, fromage) et fruit.

• Au déjeuner et au dîner : crudités (à l’huile de colza, de noix ou d’olive) ou potage, viande, poisson ou œufs à l’un des deux repas, féculents (pâtes, riz, pommes de terre) et légumes cuits avec des corps gras variés (huiles, beurre, crème), laitage ou fromage, fruit cuit ou cru, pain, eau.

 

Il est souhaitable de laisser un délai de 2 à 3 heures entre un repas principal et un entraînement, afin que la digestion n’entrave pas la pratique sportive.

Aliments diététiques de l’effort, boissons sucrées, vitamines ou autres compléments alimentaires ne sont a priori pas utiles. En cas de doute, vous pouvez prendre l’avis d’un médecin ou d’un diététicien.

Les ados, et surtout les filles, peuvent être incités « à se mettre au régime » lorsqu’ils pratiquent un sport pour lequel le poids est un critère de sélection ou de catégorisation : danse, gym, patinage, arts martiaux, sports de combat. Les parents doivent demeurer vigilants : une perte de poids trop rapide ou excessive, ou une alimentation trop restrictive par rapport à des besoins élevés, peuvent avoir des conséquences graves sur la santé, en particulier une aménorrhée chez les filles (absence de règles), qui les prédisposera des années plus tard à l’ostéoporose. En cas de conflit sur ce sujet, l’intervention d’un professionnel de santé peut se révéler utile.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.