En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Le succès des laits de chèvre et de brebis

Les produits laitiers de vache n’ont plus autant la faveur des consommateurs. Résultat, les fabricants mettent en avant les laits de chèvre et de brebis. Effet de mode ou pas, ce qu’il faut savoir.

Depuis le début des années 2000, les Français délaissent le lait de vache. Selon l’enquête Inca 2, sa consommation aurait baissé de 25 % en 7 ans (1). Parmi les substituts disponibles, les laits de chèvre et de brebis, désormais faciles à trouver dans les grandes surfaces. Les nouvelles gammes de laitages à base de ces laits connaissent un vif succès : de 2013 à 2014, la vente des yaourts de chèvre a augmenté de 23 % et celle des yaourts de brebis de 14 %. Même les fromages dérivés se vendent davantage, avec une progression de 7 % entre 2014 et 2015 (2).

 

Plus naturels ?

Selon les responsables marketing, « les laits de chèvre et de brebis sont plus sains que le lait de vache, dans l’esprit des consommateurs. Ces aliments véhiculent des valeurs de naturalité et d’authenticité » (2).

Qu’ils proviennent de la vache, de la chèvre ou de la brebis, les produits laitiers sont pourtant élaborés de la même façon : conditions d’élevage des animaux similaires (excepté en bio) et traitements identiques du lait – standardisation en matières grasses, pasteurisation ou stérilisation pour assurer la conservation. D’ailleurs, la plupart des fabricants de produits de chèvre ou de brebis commercialisent aussi des laitages ou des fromages à base de lait de vache !

 

Des produits plus coûteux

Tandis que le rendement d’une vache laitière peut atteindre 30 litres de lait par jour, une chèvre produit seulement 2,5 litre et une brebis 1 à 2 litre. En outre, en France, le cheptel laitier comprend 4 fois moins de chèvres et 3 fois moins de brebis que de vaches. Pour toutes ces raisons, les laits et les laitages de chèvre ou de brebis coûtent plus cher, environ le double comparés aux produits laitiers de vache. Ajoutons que si les fromages de chèvre et de brebis font partie de notre palette alimentaire, le goût prononcé des laits et des laitages peut surprendre. Au-delà de l’envie de varier les saveurs, il faut donc avoir une réelle motivation pour troquer au quotidien le lait de vache contre celui de chèvre ou de brebis !

(1) Inca 2 : Enquête individuelle et nationale sur les consommations alimentaires 2.

(2) D’après le magazine Libre Service Actualités. www.lsa-conso.fr

 

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.