En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Famille

Stop au gaspillage alimentaire !

Gâchis : tous concernés

En France, le gaspillage alimentaire pèse plus de 7 millions de tonnes de nourriture par an. Prix de ce gâchis ? 20 milliards d’euros. Intolérable en ces temps de précarité et d’inégalités.

Journée Mondiale de l’Alimentation, le 16 octobre est également la date retenue depuis deux ans pour mettre en avant la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’occasion de nous encourager à faire quelques efforts, puisque selon le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, les Français gaspilleraient 20 à 30 kg d’aliments par an et par personne, soit l’équivalent de 400 euros pour une famille de 4 personnes.

Au niveau mondial, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) estime qu’un tiers de la nourriture produite est gâchée. Cela va des pertes enregistrées durant les phases de production et de récolte aux produits jetés (entamés ou pas) par les consommateurs. Selon les experts, la quantité de denrées alimentaires produites aujourd’hui pourrait suffire pour nourrir l’ensemble des habitants de la planète. Et pourtant, environ 1 milliard de personnes sont sous-alimentées.

 

Des conséquences pour la planète

Dans l’Hexagone, environ le tiers des gaz à effet de serre sont liés à l’alimentation : production, distribution, préparation des aliments, puis élimination des déchets, majorés par les produits périmés. Notre régime alimentaire, riche en produits d’origine animale, met tout particulièrement la planète à contribution (culture intensive de céréales destinées au bétail, consommation d’eau importante…). Moins de gaspillage permettrait donc d’économiser les ressources et contribuerait à la protection de l’environnement.


Les pistes du changement

Le rapport Garrot, remis au Premier ministre en avril 2015, liste l’ensemble des mesures qui pourraient être prises dans le cadre d’une politique publique de lutte contre le gaspillage alimentaire. Une chose apparaît clairement : chacun peut agir, à son échelle.

 

En voici quelques exemples :

 

  • Les agriculteurs pourraient être incités à limiter ou transformer les surplus jusqu’à présent détruits.
  • Les entreprises de l’agro-alimentaire pourraient optimiser leurs techniques de transformation des aliments, de façon à limiter les pertes dues à des process ou des conditionnements défectueux.
  • Les acteurs de la grande distribution ont déjà été invités à passer des conventions avec des associations de solidarité agréées. Ils pourraient créer un rayon spécifique « anti-gaspi », où seraient vendus meilleur marché tous les produits approchant de leur date limite de consommation.
  • Les restaurateurs pourraient avoir une carte plus limitée, adapter les portions servies et fournir obligatoirement un doggy-bag à leurs clients (pour rapporter ce qui n’a pas été mangé).
  • En fin de parcours, le consommateur devrait mieux gérer ses courses et apprendre à bien conserver les aliments.

En savoir plus

 

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.