En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Famille

Petit-déjeuner : indispensable ou non ?

Petit-déjeuner pour rester mince ?

Pendant des années, les nutritionnistes ont encouragé leurs patients en surpoids à prendre un petit-déjeuner. Pourtant, de récentes études suggèrent qu’il ne devrait pas être imposé aux adultes. Les explications de Jean-Paul Blanc, diététicien-nutritionniste.

 

Pour

Selon plusieurs études d’observation, les consommateurs réguliers d’un petit-déjeuner pèsent moins que ceux qui se passent de ce premier repas de la journée. Ils semblent également bénéficier d’un meilleur équilibre alimentaire, avec des apports supérieurs en glucides complexes, fibres, certains minéraux et vitamines. « Ce n’est cependant pas la preuve que le petit-déjeuner aide à garder la ligne », indique Jean-Paul Blanc. Des études d’intervention menées sur des volontaires montrent qu’un solide petit-déjeuner permet d’avoir moins faim au déjeuner ainsi qu’en seconde partie de journée. Bien manger le matin aiderait ainsi à ne pas « craquer » en début de soirée peu avant le dîner. « Ajoutons qu’un petit-déjeuner pris à la maison est a priori plus sain (moins gras et sucré), comparé aux produits de grignotage qu’on peut acheter en cas de fringale dans la matinée ».

 

Contre

Chez ceux qui ne sont pas habitués à petit-déjeuner, l’introduction d’un repas le matin ne fait pas forcément maigrir. « Dans des études récentes, on a observé qu’en l’absence de consignes diététiques, des volontaires qui se mettent à manger le matin ne réduisent pas forcément leurs apports aux autres repas. En cause, des variations de la glycémie (taux de sucre sanguin) induites par ce repas inhabituel : une hyperglycémie peu après le petit-déjeuner, qui sur-stimule la production d’insuline (l’hormone qui régule la glycémie) et une hypoglycémie réactionnelle, qui ouvre l’appétit pour le déjeuner ».

 

Pas de règle unique

De récents travaux parus cette année dans la revue américaine Obesity font le lien entre les résultats en apparence discordants des différentes études. Des adolescents en surpoids ont été suivis pendant 12 semaines et séparés en 3 groupes : un groupe sans petit-déjeuner, un groupe prenant un petit-déjeuner classique et un groupe prenant un petit-déjeuner très riche en protéines. Seuls les jeunes appartenant au troisième groupe ont déclaré avoir moins faim et ont réussi à réduire leur apport énergétique et donc à perdre du poids. « L’impact du petit-déjeuner sur le poids semble ainsi lié à sa composition », conclut Jean-Paul Blanc.

En l’état des connaissances, préconise le nutritionniste, « ceux qui n’ont pas faim le matin et passent la matinée sans coup de pompe, peuvent a priori se passer de petit-déjeuner. Ceux qui ont faim dans le courant de la matinée et qui grignotent ont intérêt à prendre un petit-déjeuner, de préférence hyper-protéiné, c'est-à-dire limité en pain ou en céréales et riche en œufs, jambon, viande froide, fromage ou fromage blanc ».

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.