En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Famille

La traque aux perturbateurs endocriniens

Quels dangers ?

Dioxines, bisphénol A, phtalates… Ces composés interfèrent avec les hormones de l’organisme humain. Les explications de Rémy Slama, chercheur à l’Inserm et président du conseil scientifique du Programme National de Recherche sur les Perturbateurs Endocriniens (PNRPE).

Qu’appelle-t-on perturbateur endocrinien ?
Rémy Slama - Les perturbateurs endocriniens (PE) ont été définis en 2002 par l’Organisation mondiale de la santé comme des substances qui modifient les fonctions du système endocrinien (hormonal). Ils ont des effets nocifs sur la santé des personnes qui y sont exposées et éventuellement sur celle de leur descendance. On peut les trouver dans les aliments, l’eau du robinet, l’air, les produits cosmétiques, d’entretien, de jardinage, de bricolage, les jouets, etc.

Comment a-t-on découvert leurs effets ?
R. S. - Les premiers effets ont été décrits dès les années 1960. Aux Etats-Unis, des oiseaux qui avaient ingéré du DDT (un insecticide) n’arrivaient plus à se reproduire ; au Japon, des chats originaires de Minamata, intoxiqués au mercure, se suicidaient en se jetant dans la mer ; en France, des bulots et des bigorneaux femelles, exposés au tributylétain (une substance présente dans la peinture des coques des bateaux) se masculinisaient.

Quels sont leurs impacts sur la santé humaine ?
R. S. - Même s’ils ne sont pas seuls en cause, les PE sont incriminés dans des troubles ou des maladies, dont la fréquence a considérablement augmenté ces dernières décennies : certains cancers, l’obésité, le diabète, les maladies neurologiques, les troubles du comportement chez l’enfant ou encore la diminution de la fertilité masculine.

Pourquoi ne sont-ils pas interdits ?
R. S. - Certains PE ont été interdits. C’est le cas, par exemple, dans le monde entier, du DDT et des PCB (des composés autrefois utilisés dans l’industrie électrique), ou encore, en France, du bisphénol A dans l’ensemble des contenants alimentaires. Mais pour que la réglementation continue à évoluer, les décideurs ont besoin de nouvelles preuves scientifiques. Or, la recherche sur les PE n’en est qu’à ses prémices. Tous n’ont pas encore été identifiés. Leurs mécanismes d’action ne sont pas parfaitement élucidés et leur rôle dans le développement des maladies n’est pas toujours démontré chez l’humain.

En savoir plus

Les perturbateurs endocriniens, Denise Caro et Rémy Slama, éd. Quae, 2017.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.