En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Famille

Faut-il boycotter l’huile de palme ?

De la tradition à l’industrie

Corps gras traditionnel dans certains pays tropicaux, l’huile de palme est devenue un ingrédient incontournable des aliments industriels. Les explications de Cécile Bessou, chercheuse au Centre de Recherche Agronomique pour le Développement (Cirad).

L’huile de palme est longtemps passée inaperçue des consommateurs, étiquetée sous l’appellation « huile végétale », sans plus de précisions. Jusqu’à ce que Greenpeace et WWF, deux ONG, dénoncent la déforestation massive nécessaire à sa production et son impact sur le réchauffement climatique.

D’usage courant en Afrique de l’Ouest

Obtenue par pression du fruit du palmier à huile, l’huile de palme brute est de couleur rouge et de texture semi-solide. Elle constitue un corps gras de base en Afrique de l’Ouest, servant à frire les bananes plantains, à confectionner l’attiéké rouge, une sorte de couscous à base de manioc et la « sauce graine » qui accompagne les plats de viandes ou de poissons. L’huile de palme est également utilisée en cuisine en Thaïlande et au Brésil.

 

L’huile la plus produite dans le monde

Le palmier à huile a un très bon rendement et le coût de production de son huile est peu élevé. C’est pourquoi l’huile de palme est la première huile produite dans le monde, devant les huiles de soja, de colza ou de tournesol. Et ce n’est pas près de changer, indique Cécile Bessou, face à la consommation et à la demande croissantes de corps gras des pays émergents (Chine et Inde), de plus en plus friands de produits industriels. De nos jours, l’huile de palme contribue pour 19 % à la fabrication de cosmétiques, shampooings, crèmes, rouges à lèvres, le reste étant destiné à l’industrie agro-alimentaire.

 

Un ingrédient de choix pour les industriels

« Grâce à sa texture et sa composition en graisses dites saturées, elle est très facile d’emploi : elle se conserve facilement et supporte bien le chauffage. » En outre, elle donne d’excellents résultats gustatifs : bonne tenue, onctuosité, craquant, croustillant… C’est pourquoi on la retrouve dans de multiples aliments (biscuits, barres chocolatées, pâtes à tartiner, pains de mie, viennoiseries, pâtes à tartes…).

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.