En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Ne boudez pas les premiers prix

Environ deux fois moins chers que les produits de marque nationale, les aliments « hard discount » ou « distributeurs premiers prix » ont tout à fait leur place au sein d’une alimentation équilibrée.

En 2015, l’Observatoire des aliments a publié un rapport comparant l’intérêt nutritionnel de quatre catégories d’aliments : produits de marques nationales, de marques distributeurs, du hard discount et de distributeurs premier prix. Avec un avis plutôt favorable pour les deux dernières catégories, dont les auteurs du rapport soulignent toutefois la moindre variété.

Produits de base : aucune différence

Lait, yaourts nature, farine, riz, pâtes, semoule, huiles raffinées, sucre… La fabrication de ces aliments est réglementée. Conséquence, ils sont identiques quelle que soit la marque. En outre, l’approvisionnement en matières premières ainsi que leur transformation, ne représentent que 20 % environ du prix final. Pour vendre moins cher leurs produits, les fabricants de hard discount ou de premiers prix font donc de larges économies sur les packagings, la publicité et la présentation en magasin.

Produits élaborés : une moindre qualité
L’offre qui est moins diversifiée peut jouer sur les apports nutritionnels des consommateurs réguliers. Par exemple, l’absence de compotes sans sucres ajoutés, de confitures ou de desserts lactés allégés en sucres, le choix réduit de jus de fruits, compensé par une offre plus importante de nectars, expose à consommer davantage de sucres. Les margarines proposées ne permettent pas de renforcer les apports en oméga 3 essentiels. La majorité des charcuteries sont de qualité « standard », ce qui fait courir le risque d’ingérer plus d’additifs. Selon l’Observatoire des aliments, des consommateurs exclusifs d’aliments premier prix auraient globalement un apport en protéines légèrement plus faible. Diverses études montrent que les plats cuisinés des marques nationales contiennent davantage de viande ou de poisson mais sont plus chers. Ces résultats incitent donc, dans la mesure du possible, à cuisiner maison !

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.