En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

L’alimentation anti-cholestérol

Une bonne diététique peut réduire jusqu’à 25 % le taux de mauvais cholestérol. Les conseils de François Paillard, cardiologue, et de Catherine Frérou, diététicienne au centre de prévention cardio-vasculaire de Rennes.

1. Choisissez bien vos graisses

Il est souhaitable de cuisiner avec des huiles riches en graisses insaturées, car elles contribuent à réduire le mauvais cholestérol (LDL). C’est le cas des huiles de colza ou de noix (cette dernière étant réservée à l’assaisonnement), qui constituent les meilleures sources d’oméga 3 essentiels, et de l’huile d’olive, bénéfique pour ses polyphénols antioxydants.

En revanche, le beurre et la crème fraîche doivent être limités, puisque leurs graisses, principalement saturées, font plutôt monter le mauvais cholestérol. Vous pouvez néanmoins conserver une noix de beurre pour les tartines du matin et une portion raisonnable de fromage par jour, soit 30 à 40 g.

Pour les mêmes raisons, privilégiez les viandes maigres : volailles sans peau, steak, escalope ou rôti de bœuf ou de veau, filet de porc. Et ne consommez de la charcuterie que de façon exceptionnelle (seul le jambon est maigre).

Enfin, le poisson est recommandé deux fois par semaine, dont une portion de poisson gras (maquereau, sardine, saumon...) qui apporte aussi des oméga 3.

2. Méfiez-vous des produits industriels

Biscuits, viennoiseries, pâtes à tarte, plats cuisinés du commerce sont susceptibles de contenir des graisses saturées, voire des acides gras trans qui augmentent le mauvais cholestérol tout en réduisant le bon. A bannir : les recettes comportant de l’huile de palme, de « l’huile végétale » sans autre précision ou des matières grasses hydrogénées. Quant aux aliments naturellement riches en cholestérol, il est conseillé de s’en tenir à 3 œufs par semaine et de ne manger des abats que de façon occasionnelle.

3. Faites la part belle aux fruits et aux légumes

Les fruits et les légumes fournissent de nombreux nutriments protecteurs du système cardio-vasculaire : vitamines et polyphénols antioxydants, potassium et magnésium qui réduisent la pression artérielles, et fibres, dont certaines contribuent à limiter l’assimilation des graisses.

Recommandés également, les fruits et légumes secs. Les amandes, noix et pistaches contiennent en effet des graisses insaturées bénéfiques pour le cœur et les vaisseaux, tandis que les lentilles et les haricots secs sont riches en fibres.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.