En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Diététique anti-cholestérol : le vrai et… le faux

Si l’intérêt de l’activité physique ne se discute pas, on peut s’interroger sur l’efficacité des alicaments ou compléments alimentaires anti-cholestérol. Le Dr François Paillard, cardiologue, démêle le vrai du faux.

Pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour, est-ce efficace ?


L’activité physique permet d’augmenter le bon cholestérol (HDL), de réduire les triglycérides et la tension artérielle et de stabiliser le poids plus aisément – le surpoids favorisant l’excès de cholestérol. Si la marche rapide constitue une bonne base d’activité, un test d’effort est conseillé à ceux qui voudraient démarrer une pratique sportive.

Faut-il consommer des aliments enrichis en stérols végétaux ?

L’étiquetage des margarines et yaourts enrichis mentionne que la consommation quotidienne de 1,6 g à 2,4 g de stérols végétaux permet de diminuer jusqu’à 10 % le mauvais cholestérol (LDL).(1) Certains médecins se disent toutefois réservés sur ces produits, invoquant un manque de recul. L’apport quotidien normal en stérols n’est que de l’ordre de 300 mg.

Les fibres d’avoine ont-elles un réel intérêt ?

Diverses études ont montré que la consommation de bêta-glucanes, des fibres spécifiques de l’avoine, peut réduire jusqu’à 5 % le mauvais cholestérol. Les flocons et le son d’avoine peuvent donc être recommandés en complément des fibres des fruits et des légumes.

Et le soja ?

Un apport quotidien d’au moins 15 g de protéines de soja permettrait de réduire jusqu’à 5 % le mauvais cholestérol. On peut introduire un bol de jus de soja ou un « yaourt » de soja par jour et remplacer de temps à autre la viande par du tofu, sans dépasser 2 produits quotidiens à base de soja, notamment pour modérer l’apport de phytoestrogènes.(2)

La levure de riz rouge permet-elle d’éviter les médicaments ?

Ce complément alimentaire en vogue n’est pas anodin. Son principe actif, la monacoline K, n’est autre qu’une statine (lovastatine). Il présente les mêmes interactions avec certains médicaments et les mêmes éventuels effets secondaires (douleurs musculaires) que les statines médicamenteuses. Selon sa provenance, la levure de riz rouge peut de surcroît contenir divers contaminants. Mieux vaut donc être prudent et demander conseil à son médecin traitant, comme le recommande l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

(1) Une allégation validée par l’Autorité européenne de sécurité sanitaire des aliments (Efsa).
(2) Selon les recommandations de l’Anses : www.anses.fr

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.