En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

Régimes « sans » : mode ou tendance de fond ?

Intolérances alimentaires : tous concernés ?

Sans gluten, sans lactose, sans lait… L’offre de produits « sans » fleurit dans les rayons. Depuis 2016, ces aliments ont même leur salon. Mais y a-t-il de réels bénéfices pour la santé à adopter un régime « sans » ? Les réponses du Pr Gisèle Kanny, allergologue et enseignante à la faculté de médecine de Vandœuvre-lès-Nancy.

Les allergies et les intolérances alimentaires sont-elles réellement en augmentation ?

Pr Gisèle Kanny – La prévalence des allergies alimentaires est bien à la hausse, estimée à 3 à 4 % dans la population générale et à 8 % chez les enfants. Ceci s’explique par l’introduction dans notre régime d’aliments exotiques et par l’exposition croissante à des composés allergisants présents dans les habitations. L’intolérance au lactose n’a pas augmenté, elle affecte environ 10 % des Français. L’hypersensibilité au gluten concernerait 6 % de la population (1).

À qui s’adresse le régime sans gluten ?

G. K. – Le régime sans gluten est le traitement de la maladie cœliaque. Il soulage également les symptômes variés (troubles digestifs, migraines, douleurs…) des personnes qui pensent être sensibles au gluten, mais qui sont peut-être intolérantes à d’autres composés des céréales, tels que certains sucres et fibres.

Intolérant ou non, n’est-il pas plus sain de manger sans gluten ?

G. K. – Le gluten n’a rien d’un poison. Je rappelle que 93 % de la population le tolère ! Une étude récente a même montré une augmentation du risque cardiovasculaire chez certains individus qui en consomment peu. En effet, la plupart des produits industriels sans gluten sont élaborés à partir de céréales raffinées, privées de leurs nutriments protecteurs, tels que les fibres.

L’intolérance au lactose a-t-elle de graves effets sur la santé ?

G. K. – Cette affection entraîne des troubles digestifs inconfortables, mais sans gravité. Elle est due à un déficit en lactase, une enzyme de l’intestin qui sert à digérer le lactose (sucre du lait). Outre le lait, cela concerne les fromages frais et les desserts lactés. En revanche, rien n’empêche pas de manger les yaourts et les fromages affinés.

Qu’en est-il de l’allergie au lait ?

G. K. – L’allergie aux protéines du lait de vache est plus grave puisqu’elle fait intervenir le système immunitaire. Mais elle est plus rare : elle affecte surtout les jeunes enfants (1,5 %) et disparaît spontanément dans 80 à 90 % des cas avant l’âge de 6 ans. Concrètement, elle concerne l’ensemble des produits laitiers, y compris le beurre et la crème, dont la réintroduction est toutefois tentée en milieu hospitalier.

(1) Chiffres communiqués par l’Association française des intolérants au gluten (AFDIAG) : www.afdiag.fr

En savoir plus
Le salon des allergies alimentaires et des produits sans : www.saaps.fr

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.