En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Les compléments alimentaires à éviter

Certains compléments alimentaires ont fait l’objet d’un signalement auprès du dispositif de nutrivigilance de l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Autant les connaître.

De multiples ingrédients peuvent entrer dans la fabrication de ces produits. Avec, parfois, des effets indésirables.

Les compléments à base de plantes exotiques

L’usage des plantes dans les compléments alimentaires qui circulent en Europe n’est pas encore harmonisé. Or faute d’études, les scientifiques connaissent assez mal les effets sur l’organisme des plantes qui ne sont pas traditionnellement utilisées en France. Prudence, donc, compte-tenu d’une potentielle toxicité pour les reins ou le foie.

Les anti-oxydants

On a cru un temps qu’il suffisait de prendre de bonnes doses de vitamines et minéraux anti-oxydants pour se protéger des maladies cardiovasculaires et des cancers. Mais les études d’intervention ont démenti cette hypothèse et révélé, au contraire, qu’une supplémentation excessive en vitamine E, B9 ou bêta-carotène, peut augmenter le risque de certains cancers.

La levure de riz rouge

Elle contient de la monacoline K qui a le même effet que les statines, des médicaments prescrits contre l’excès de cholestérol sanguin. Mais elle présente la même toxicité potentielle pour les muscles et le foie. Son usage devrait donc s’effectuer sous surveillance médicale. L’Anses déconseille ce complément aux personnes de plus de 70 ans ou souffrant de diverses pathologies. La levure de riz rouge a été interdite en Suisse et en Belgique.

Les compléments alimentaires pour sportifs

Les compléments destinés à augmenter la masse musculaire ou réduire la masse grasse ont induit chez certains des effets indésirables graves (tachycardie, arythmie, accident vasculaire cérébral, troubles anxieux). En cause, divers composés dont l’usage est autorisé, comme la caféine, la synéphrine (extraite d’agrumes), mais également des substances dopantes interdites, dont la présence est pourtant décelée dans certains produits vendus sur Internet, à l’insu des consommateurs.

Conclusion, toujours prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de se procurer un complément alimentaire.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.