En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

Les promesses du microbiote

Un ensemble de micro-organismes

Les connaissances scientifiques sur le microbiote (appelé auparavant flore intestinale) ne cessent de progresser depuis quelques années. Le point avec Gérard Corthier, directeur de recherche honoraire à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Qu’entend-on par microbiote intestinal ?

Gérard Corthier – Ce terme, utilisé depuis peu, désigne la flore intestinale. De nouvelles techniques de recherche ont permis de savoir qu’il est composé de 100 000 milliards de bactéries localisées, pour 70 % d’entre-elles, au niveau du côlon. Pour le moment, on dénombre un peu plus de 1 000 espèces bactériennes pouvant appartenir au microbiote.

Le microbiote est-il identique d'un individu à l'autre ?

G. C. – Non, chaque individu possède un microbiote qui lui est propre, même s’il peut y avoir des similitudes avec celui d’autres membres de la famille. Le microbiote intestinal est relativement stable tout au long de la vie, mais il peut être altéré par certains médicaments (dont les antibiotiques) ou le tabagisme. Il s’appauvrit avec l’avancée en âge, exposant davantage aux troubles digestifs ou aux infections.

A quoi sert-il ?

G. C. – Certaines bactéries produisent des vitamines B8, B9, B12 ou K. D’autres digèrent les fibres, libérant ainsi des composés utiles à la régulation du transit intestinal. Elles protègent la muqueuse digestive et exercent un effet barrière vis-à-vis des germes dangereux. Elles contribuent au bon fonctionnement du système immunitaire.

Pourquoi dit-on de lui qu’il serait notre second cerveau ?

G. C. – Plus de 100 millions de neurones sont situés dans l’intestin, connectés avec le cerveau. Le microbiote semble bien avoir un impact sur le fonctionnement cérébral. Une étude a montré que le fait d’interchanger le microbiote de souris calmes avec celui de souris excitées modifiait radicalement le caractère des animaux.

Pourquoi intéresse-t-il autant les chercheurs ?

G. C. – Il semble bien qu’un microbiote diversifié soit un marqueur de bonne santé. Inversement, beaucoup de maladies sont associées à un microbiote pauvre en espèces bactériennes ou déséquilibré.

En savoir plus

Le microbiote, ces bactéries qui nous font du bien, Gérard Corthier et Katherine Leverve, éd. Un K’noë dans les cloups, 2014.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.