En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

Les atouts de la nutrition pour protéger sa mémoire

Des vitamines pour le cerveau

Apporter au cerveau les vitamines dont il a besoin pour fonctionner optimise la mémoire et, de manière générale, l’ensemble des performances intellectuelles. Les précisions de Sophie Layé.


Il y a vingt cinq ans, le Dr Jean-Marie Bourre publiait La diététique du cerveau, un ouvrage dans lequel il démontrait déjà que pour bien fonctionner, les neurones ont besoin quasiment de l’ensemble des nutriments présents dans un repas équilibré : glucides, lipides, protéines, eau, minéraux et vitamines. La recherche récente a permis d’affiner le rôle de certains nutriments, en particulier en ce qui concerne les vitamines et les polyphénols.

 

Les vitamines B

Un apport suffisant de vitamines du groupe B (plus précisément B6, B9 et B12) est essentiel à une bonne mémoire. Dans quelques études, des séniors qui ont reçu une supplémentation de ces vitamines ont vu leurs performances intellectuelles s’améliorer. « Leur carence, en revanche, favorise l’accumulation dans le sang d’homocystéine, un composé neurotoxique qui augmente, par ailleurs, le risque cardio-vasculaire ». Les vitamines B6 et B12 se concentrent dans les viandes, volailles, abats et poissons (ainsi que les produits laitiers pour la B12). La vitamine B9 est à rechercher dans les légumes, notamment épinards, salades, brocolis, petits pois, les fromages et les fruits secs tels que les amandes et les noisettes.

 

La vitamine A

«Son dérivé, l’acide rétinoïque, est essentiel au développement du cerveau chez les jeunes puis à son bon fonctionnement chez les adultes. Avec l’âge, il semble que la vitamine A parvienne moins facilement au niveau cérébral, ce qui a pour conséquence la disparition de certaines protéines neuronales. Chez le rat, nous avons démontré qu’une supplémentation supprime les déficits de mémoire liés à l’âge. Chez l’homme âgé, le besoin en vitamine A est probablement accru. » La vitamine A se trouve dans le beurre, les œufs, les fromages et les abats, ainsi que sous forme de provitamine A dans les fruits et légumes colorés en orange ou en vert (carotte, abricot, épinards…).

 

Les polyphénols, alliés des vitamines C et E

Les polyphénols font l’objet de nombreuses études depuis quelques années. Ils sont présents dans la plupart des végétaux, fruits et légumes, mais également dans les épices, le cacao, le thé et le café. « Au début, nous nous sommes intéressés à l’action anti-oxydante de certains polyphénols qui agissent en synergie avec les vitamines anti-oxydantes bien connues, C, E et bêta-carotène (provitamine A). En conséquence, ils s’opposent à une dégénérescence prématurée des neurones. Mais nous savons maintenant que ces composés contribuent au maintien des facultés intellectuelles par de nombreux autres mécanismes : selon les cas, par un effet anti-inflammatoire, une amélioration de la plasticité cérébrale (très importante pour le processus de mémorisation), une action neuro-protectrice, etc. ».

« En attendant que de nouveaux travaux aboutissent, le cas échéant, à la formulation de suppléments nutritionnels à destination des seniors, la prévention des troubles de la mémoire passe par une alimentation la plus diversifiée possible », conclut Sophie Layé.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.