En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

Les aliments qui nous soignent

Quid des probiotiques et prébiotiques ?

La consommation de probiotiques (essentiellement des ferments) ou de prébiotiques (principalement des fibres) a un impact sur l’équilibre de la flore intestinale. Leur ingestion régulière pourrait contribuer au traitement de multiples maladies.


Si un chercheur nous avait dit, il y a quelques années, que la consommation de choucroute contribue à réduire l’anxiété, on ne l’aurait pas pris au sérieux. Mais depuis dix ans, explique Gérard Corthier, directeur de recherche honoraire à l’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra), « les connaissances sur le microbiote (ou flore intestinale) ont beaucoup avancé. On pense désormais que de nombreuses maladies, y compris mentales, sont favorisées par un microbiote déséquilibré ».

 

Les maladies concernées

Environ 30 % des cas d’obésité sont associés à un microbiote atypique : les micro-organismes prédominants seraient capables d’extraire davantage de calories à partir des composés non digérés parvenus au niveau du côlon. Le microbiote participe en outre à la régulation des sensations de faim et de satiété : il pourrait être impliqué dans les troubles du comportement alimentaire, notamment l’anorexie mentale. Chez les consommateurs d’alcool, la cirrhose du foie a davantage de probabilités de se développer lorsque le microbiote présente des anomalies. De même, les maladies inflammatoires de l’intestin (telle que la maladie de Crohn) ainsi que le cancer du côlon surviendraient en présence de germes toxiques dans l’intestin.

 

Les bienfaits des aliments fermentés

« La consommation régulière d’aliments traditionnels fermentés, tels que la choucroute, le yaourt et les autres laits fermentés (kéfir, lait ribot…), le miso et le natto (des aliments japonais), pourrait protéger contre certaines de ces pathologies », affirme Sylvie Lortal, microbiologiste à l’Inra. C’est ce qu’observent des chercheurs dans plusieurs études, qui retrouvent notamment moins d’anxiété chez leurs plus gros consommateurs. Certains aliments fermentés peuvent en effet être assimilés à des probiotiques, définis comme des micro-organismes capables de moduler l’équilibre de la flore intestinale. En l’état actuel de la recherche, mieux vaut sans doute déguster de la choucroute (par ailleurs excellente source de vitamine C) que d’ingérer des probiotiques sous forme de gélules.

 

Les atouts des prébiotiques

Les prébiotiques sont des fibres particulières, qui constituent la nourriture de prédilection de certains micro-organismes intestinaux. Leur consommation régulière oriente donc l’équilibre du microbiote. Tout comme les probiotiques, ils sont à l’étude dans le traitement de diverses maladies, et notamment de l’obésité et du cancer du côlon. Ils se trouvent naturellement dans l’ail, l’oignon, l’artichaut, l’asperge, la chicorée, le poireau, le salsifis, le topinambour, la banane, le pain de seigle et le tofu. Bref, à mettre régulièrement au menu !

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.