En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Et pour les enfants ?

La Société française de pédiatrie déconseille, au moins jusqu’à l’âge de 6 mois, les « laits » pour bébés à base de soja en raison de leur apport en phytœstrogènes. Bien qu’une incertitude persiste, ces composés pourraient avoir un impact sur le développement des organes sexuels ou la fertilité des jeunes consommateurs. Autant attendre l’âge de 3 ans et limiter les bambins à un dessert au soja par jour.

Bien choisir ses aliments à base de soja

Le caddie spécial soja de Katia Tardieu, diététicienne-nutritionniste à Paris.

Il est raisonnable de ne pas dépasser deux aliments à base de soja par jour pour ne pas risquer l’abus de phytœstrogènes.

 

Les jus, « yaourts » et « crèmes »

« Dans la plupart des cas, ces produits sont consommés en remplacement du lait de vache et de ses dérivés. Ils sont plus digestes pour les personnes intolérantes au lactose (le sucre spécifique du lait) ou allergiques aux protéines du lait ». Les jus et desserts au soja apportent autant de protéines que le lait et les yaourts, et peuvent être recommandés aux personnes végétaliennes. « Dans la mesure où ils remplacent régulièrement les produits laitiers, choisissez-les enrichis en calcium ».

Et si on surveille son poids ? « Préférez les produits nature dont l’apport en glucides est le plus faible, car les jus aromatisés vanille ou chocolat et les desserts aux fruits apportent l’équivalent de 2 à 3 morceaux de sucre pour 100 ml ou 1 pot ». Quant à la « crème de soja », dépourvue de graisses saturées, elle convient en cas d’hypercholestérolémie.

 

Les steaks et plats cuisinés

Ils sont élaborés à partir de tofu (« fromage » de soja) ou de protéines de soja. Leur intérêt ? Des protéines bien équilibrées. Leur inconvénient ? Comparativement aux viandes ou aux poissons, ils sont pauvres en fer, zinc, iode, fluor, sélénium… « L’idéal serait de les consommer de temps à autre plutôt qu’en substitution complète, en privilégiant les moins gras et les moins salés ».

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.