En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

L’alimentation qui dope les neurones

Nutrition et cognition, rime riche !

Est-il vrai qu’on peut éviter de « perdre la boule » en mangeant mieux ?
Une chose est sûre : le cerveau est une merveilleuse machine à manger. L’avis du Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service de nutrition à l’Institut Pasteur de Lille (1).

Le glucose (sucre) est le carburant prioritaire du cerveau. Pour preuve, une baisse de la glycémie nous met dans un état de faiblesse physique et mentale très nette. Les carences en vitamines B1, B9 et B12 affectent le fonctionnement cérébral. Non moins importants, les acides aminés. Ils sont les précurseurs de neurotransmetteurs précieux, comme la sérotonine qui influence nos humeurs. Quant à la malnutrition protéique, elle empêche le cerveau de se développer. Enfin, les acides gras à longue chaîne polyinsaturés – qui proviennent, eux, de l’alimentation – sont indispensables à la constitution des membranes cérébrales, tout comme le cholestérol.

A l’inverse, une alimentation riche en sucres, en graisses saturées et en sel, mais pauvre en fibres et en antioxydants, entretient un état inflammatoire « bas-grade » du cerveau, néfaste pour son fonctionnement. Et une consommation excessive d’alcool est hautement toxique pour la substance (« matière ») grise comme pour la substance blanche.

On sait aussi que le déclin cognitif lié à l’âge est moins fréquent chez ceux qui consomment davantage de poisson, de chocolat, de fruits, de légumes et de produits laitiers… Du moins si, parallèlement, ils jouent également aux cartes, au scrabble, font du golf ou du vélo, jardinent et surveillent leur poids.

Le maintien d’un bon état nutritionnel joue un rôle considérable contre la maladie d’Alzheimer, en ralentissant notamment son évolution. Pour autant, même équilibrée, l’alimentation seule n’empêchera pas la survenue de cette pathologie extrêmement complexe. Mais il est certain que facteurs génétiques et environnementaux (dont nutritionnels) sont intriqués dans sa genèse.

Dr Jean-Michel Lecerf

(1) Le Dr Jean-Michel Lecerf vient de publier A chacun son vrai poids, éd. Odile Jacob.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.