En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus
Imprimer le dossier

Dossiers Après 50 ans

La goutte, acte II : le grand retour

Un exemple de menu préventif

Petit-déjeuner :

  • Café au lait
  • Pain beurré
  • Orange ou autre agrume

Déjeuner :

  • Chou rouge en salade, huile de colza
  • Poulet rôti
  • Ratatouille de légumes, filet d’huile d’olive
  • Fromage frais au coulis de cerise
  • Pain
  • Café

Dîner :

  • Potage de légumes
  • Pâtes à la tomate
  • Yaourt brassé nature
  • Salade de mangue et kiwi
  • Pain

Sans oublier de répartir 2 litres d’eau dans la journée.

Les aliments a priori protecteurs

Des boissons et des aliments pourraient protéger de la goutte. L’éclairage de Brigitte Coudray, diététicienne-nutritionniste au Centre de recherche et d’information nutritionnelles (Cerin), sur les dernières avancées scientifiques.

On a longtemps associé la goutte aux seuls excès de table et à la consommation de certains aliments. L’augmentation de son incidence a poussé les chercheurs à étudier de près les habitudes alimentaires des personnes touchées. Qu’ont-ils découvert ? Que certaines boissons et aliments pouvaient jouer un rôle préventif. S’il faut avant tout manger équilibré, voici quelques conseils salutaires.

Bien s’hydrater

La déshydratation peut être le facteur déclenchant d’une crise de goutte. C’est pourquoi il faut boire quotidiennement au moins le litre et demie (comme recommandé) et même, si possible, 2 litres. « L’eau du robinet fait parfaitement l’affaire, mais si on préfère des eaux en bouteille, il faut choisir celles qui sont faiblement minéralisées (extrait sec inférieur à 500 mg par litre), comme celles qui conviennent aux bébés. Les eaux gazeuses riches en bicarbonates (Arvie, Saint Yorre, Vichy Célestins), en diminuant l’acidité des urines, ont un intérêt dans la prévention des calculs rénaux à base d’acide urique. Mais comme elles sont très chargées en sodium, il convient d’alterner avec une autre eau. Quoi qu’il en soit, il vaut mieux demander conseil à son médecin, car elles peuvent être contre-indiquées en cas d’hypertension artérielle, d’insuffisance rénale ou cardiaque ».

Miser sur les fruits et légumes

« Les conseils visant à éliminer certains fruits ou légumes en cas d’hyperuricémie sont devenus obsolètes. » Ces aliments ont, en outre, un effet alcalinisant des urines, qui prévient la formation des calculs d’acide urique. « La vitamine C facilite l’élimination de l’acide urique : elle est abondante dans les agrumes, les fraises, le cassis, la mangue, le kiwi, les choux et les épinards ».

 

Jouer la carte des produits laitiers

Plusieurs études suggèrent que les produits laitiers peu gras réduisent le risque de crise de goutte. Leur consommation régulière semble diminuer l’acide urique sanguin. De plus, le lait renferme des peptides (de petites protéines) qui pourraient minimiser l’inflammation dans les articulations concernées par les dépôts de micro-cristaux d’urate. « Parmi les 3 produits laitiers quotidiens conseillés, on peut privilégier le lait demi-écrémé, les yaourts et les fromages frais n’apportant pas plus de 3 % de lipides, il s’agit de ceux anciennement étiquetés 20 % MG ».

 

Parier sur les cerises et le café

Selon de nombreuses études, les cerises éviteraient la survenue des crises de goutte. « Dans un travail récent, on a demandé à des personnes goutteuses de consigner pendant un an leurs prises alimentaires ainsi que leurs crises. Résultat : la consommation de 10 à 12 cerises par jour a réduit de 35 % le risque de crise de goutte ! » Les cerises stimulent en effet l’élimination rénale de l’acide urique, tout en ayant un effet anti-inflammatoire – via leurs pigments qui comptent parmi les polyphénols.

 

Quant au café, il est associé, dans de grandes études d’observation, à une diminution significative du taux sanguin d’acide urique. « Sa consommation doit toutefois rester limitée en raison de son apport de caféine. Il ne faut pas en boire plus de 3 à 4 tasses par jour, voire moins en cas de maladie cardiaque ».

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.