En utilisant le site onmangequoi.lamutuellegenerale.fr vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En savoir plus

Les besoins alimentaires âge par âge.

Imprimer la fiche

A partir de 3 ans : Conseils généraux

Dès 3 ans, les enfants commencent à manger comme les adultes, mais dans des quantités moindres. C’est le temps de l’éducation au goût qui passe par l’exemple, mais aussi par l’apprentissage.

Le rythme des repas

A 3 ans, 4 repas par jour (3 repas et une collation dans l’après-midi) restent nécessaires. Le petit-déjeuner est très important et doit automatiquement être composé d’un produit laitier, d’un produit céréalier, d’un fruit et/ou d’un jus de fruit. D’autres aliments peuvent être ajoutés à cette base.

Les repas du midi et du soir doivent comporter des produits céréaliers, des légumes, de la viande (ou du poisson ou un œuf…), un peu de matières grasses, un produit laitier, un fruit et de l’eau.

La collation matinale, souvent proposée dans les écoles maternelles, augmente inutilement l’apport calorique de la journée. Elle n’est donc pas conseillée. Limitez (sans les interdire pour autant) les achats de gâteaux, sodas et friandises qui risquent de tenter votre enfant et de l’habituer au grignotage… Apprenez-lui à ne pas aller se servir dans les placards sans votre autorisation.

Sachez que les en-cas mis dans les cartables participent à la prise de mauvaises habitudes alimentaires. Mieux vaut préparer un bon goûter à votre enfant à son retour de l’école.

Apprendre à aimer

L’éducation au goût est très importante. Il faut y aller progressivement  et s’armer de patience ! Utilisez votre imagination : variez les aliments, leur préparation, leur mode de cuisson, leur présentation (une courgette n’aura pas le même goût si elle est incorporée dans une ratatouille ou cuisinée en potage en association avec du fromage à tartiner).

Introduisez un seul aliment nouveau à la fois et si possible ne mélangez pas les aliments entre eux : les enfants séparent les aliments. Ils ont besoin de reconnaître pour apprendre à connaître et à aimer.

Méfiez-vous également du goût acide qui n’est acquis qu’à partir de 7-8 ans (proposez à votre enfant des crudités sans vinaigrette ni citron) et du goût amer, qui s’éduque encore plus tardivement (chou de Bruxelles, endives cuites, pamplemousse).

Enfin, introduisez la notion de jeu pour inciter votre enfant à goûter et variez les couleurs. On mange aussi avec les yeux !

Dans tous les cas, ne forcez pas votre enfant à goûter des aliments nouveaux : essayez plutôt de le convaincre que « goûter c’est apprendre à aimer » et que « découvrir quelque chose de différent, c’est grandir ! ».

Accepter la variabilité de l’appétit de l’enfant

Tous les enfants n’ont pas le même appétit. A partir du moment où leur croissance est harmonieuse, ils ont le droit de ne pas avoir faim à certains repas. Mais attention au chantage affectif, à la néophobie (peur des aliments nouveaux) et aux caprices.

L’idéal est de servir de petites quantités de chaque aliment, pour ne pas décourager les petits appétits. Pour introduire un nouvel aliment, ne dépassez pas l’équivalent d’une cuillère à café, avec une quantité rassurante d’aliments connus, coutumiers. Et prévoyez une portion supplémentaire d’aliments riches en glucides complexes pour les plus gros appétits.

Attention cependant, selon différentes constatations, les enfants mangent certains aliments en quantité trop importante, comme la viande. Concrètement :

Aliments

Dès 3 ans

Dès 6 ans

Entrée (crudités et légumes cuits sans assaisonnement)

50 g

70 g

Viandes, poissons…

50 g

(visuellement, l’équivalent de la moitié d’un steak haché)

70 g

Féculents

120 g

(légèrement plus que 2 pommes de terre de la taille d’un œuf, ou 5 cuillères à soupe)

170 g

(légèrement moins que 4 pommes de terre de la taille d’un œuf, ou 6 à 7 cuillères à soupe)

Légumes cuits

100 g

150 g

  • Que faire si votre enfant ne veut pas prendre son petit-déjeuner ?

    Evitez de le réveiller trop tard afin de lui laisser le temps de prendre son petit-déjeuner. Montrez le bon exemple. Et si vous le pouvez, prenez votre petit-déjeuner avec lui pour que ce moment reste convivial. L’odeur du pain grillé et un fruit fraîchement pressé peuvent lui ouvrir l’appétit !

    Vous pouvez également faire la liste avec votre enfant de ce qu’il aimerait manger et lui proposer un essai (yaourt à boire, compote à boire, fromage…).

    Si malgré toutes ces astuces il refuse toujours de prendre son petit-déjeuner, proposez-lui un fruit et un yaourt à boire, ainsi qu’un peu de pain qu’il prendra lorsqu’il aura faim, mais si possible avant de commencer les cours.

  • Les erreurs à éviter

    Parmi les erreurs alimentaires les plus fréquentes figure la consommation excessive de graisses (surtout animales) et de sucre : diminuez l’apport en viandes grasses, charcuteries, fritures, chips, biscuits salés, pâtisseries, viennoiseries… Réduisez également les produits sucrés comme le sucre, la confiture, le miel, la pâte à tartiner, les confiseries et les boissons sucrées.

    Par ailleurs, évitez les excitants comme le thé et le café bien sûr, mais aussi les sodas au cola. Et réhabilitez les laitages (attention aux crèmes dessert !) et le pain dans l’alimentation des enfants.

 

Dossiers

  • Tous les dossiers
  • Dossier du mois Famille
  • Dossier du mois
    Après 50 ans

Famille

  • Dossiers
  • Recettes
  • Recettes magiques
  • Besoins alimentaires

Besoins alimentaires

  • Enfants
  • Adolescents
  • Adultes

Recettes

  • Toutes les Recettes
  • Recettes sans se ruiner
  • Menus de la semaine

Après 50 ans

  • Dossiers
  • Recettes
  • Besoins alimentaires

Mais aussi...

  • Tests & Quiz
  • Encyclopédie
Espace adhérents Plan du site Mentions légales

©2013 On mange quoi ? Ce service vous est proposé par La Mutuelle Générale.